M-A. Lavoie 

Marie-Audrey Lavoie B.SC Psychologie.

Candidate à la Maîtrise(ès) Psychologie

Laboratoire de neurocognition visuelle CERNEC

Département de Psychologie

de l'Université de Montréal.

 

 

INTERETS DE RECHERCHE 

Neuroscience Cognitive / Neuropsychologie / Psychophysique / Stéréoscopie / Constance de forme /  Réalité Mixte

Constance de forme en réalité mixte chez l’humain.

Dans le cadre de ma maîtrise nous avons développé, au terme d’une entente de service avec le Centre de recherche du Canada (CRNC), les conditions d’expérimentations de mon mémoire de recherche sous la forme d’une application en réalité mixte. Résumé : Au cours des années 1990, un très grand nombre d’études se sont penchées sur la problématique de la constance de forme en s’appuyant sur l’effet de rotation en profondeur des stimuli sur les performances de reconnaissance visuelle. Un consensus émergea de l'ensemble de ces travaux, à savoir que la constance de forme doit faire appel à des processus de normalisation, notamment la rotation mentale. Ces processus seraient appliqués afin d’aligner l’image perçue à une représentation mentale 2D spécifique à l’orientation, en permettant ainsi la reconnaissance. L’utilisation d’une simulation dépourvue de stéréoscopie dans la vaste majorité de ces études implique la présence d’un conflit entre les indices de profondeur disponibles lors de la présentation d'un objet tridimensionnel sur un écran 2D. Également, sauf une exception, le dit « changement de point de vue » dans le contexte de ces études constitue en réalité une rotation en profondeur de l’objet alors que l’observateur lui-même ne se déplace pas. Il s’agit là de deux aspects de la méthodologie généralement employée dans l’étude de la constance de forme et qui constituent un problème de validité écologique évident susceptible d’avoir mené à des propositions théoriques invalides pour une application dans le monde réel.  L’objectif principal de ce projet est d’examiner la constance de forme avec l’aide de stimulations holographiques en réalité mixte. Ce type de stimulation permet notamment de présenter un objet 3D dans l’environnement de l’observateur et de dissocier l’effet attribuable au changement d’orientation de celui attribuable aux changements de point de vue de l’observateur et permet également la manipulation efficace des indices de profondeur non picturaux, soit la parallaxe de mouvement et la stéréoscopie.

 

 

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • LinkedIn Clean Grey